Le paradoxe de la navigation automatique

Ici est le lieu de toutes discussions hors simulation.

Respectons cet endroit en toute convivialité !!

Re: Le paradoxe de la navigation automatique

Messagede concorde fan » Lun 14 Déc 2015 09:44

Même au niveau pilotes prives, ne dit-on pas qu'il est recommandé de s'abstenir de passer exactement à la verticale d'un vor et avec une altitude parfaitement ronde...
François
Concorde - Aviation & simulation -
http://cockpit.francois.pagesperso-orange.fr
Avatar de l’utilisateur
concorde fan
 
Messages: 872
Inscription: 20/04/09
Localisation: Nantes

Re: Le paradoxe de la navigation automatique

Messagede JacquesZ » Lun 14 Déc 2015 19:08

Euh, j'ai jamais entendu ni enseigné un truc pareil en tant qu'instructeur.
Vu la précision des VOR embarqués, et la diffusion du signal (et donc la perte de précision) qui augmente avec l'altitude, il est très rare de passer pile au dessus d'un VOR.
Les routes et voies aériennes tiennent compte d'ailleurs des écarts potentiels dans la définition des secteurs protégés de part et d'autre de la route théorique, la demi largeur d'une route/voie aérienne augmente d'ailleurs entre les LO et les HI en route si ma mémoire est bonne. Et aussi entre les routes (VOR-VOR) et les voies (NDB-VOR ou NDB-NDB) qui sont moins précis.

Par contre signaler par radio l'arrivée au point de passage et ouvrir l'oeuil plus particulièrement aux abords du point tournant est plus que recommandé, et écouter le traffic aussi pour avoir une idée de ce qui se passe dans le coin.
En IFR c'est différent, deux solutions: soit on est en secteur contrôlé et suivi par radar, et c'est le contrôle qui assure l'espacement, soit on est pas suivi radar (secteurs océaniques, zone hors couverture radar), et dans ce cas la portion de voie aérienne est grossi modo réservée pour 1 avion entre deux VOR ou NDB, et libérée quand celui ci annoncé avoir dépassé le point tournant.
Non, franchement le risque vient bien plus de l'espacement vertical réduit dû à écart d'altitude pilote, d'un mauvais calage altimètre, d'une mauvaise conversion mètre/pieds (c'est arrivé) à mon avis. Et ca c'est pas détecté par le radar, d'où l'utilité du TCAS qui fonctionne avec un transpondeur mode S.
i7 4770K, CM Asus Hero, 16Go, DD1To & SSD 500Go, GTX780Ti et GTX970,win 7 64b FSX
3 x 22" sur Matrox Th2Go + 2 x TV 32"
Tdb: 1 x 17" + 1 x 19"
Saitek Multi & radio panel, GNS430 Emuteq, FFB Yoke Brunner
Arduino MEGA+LeoBodnar
Avatar de l’utilisateur
JacquesZ
 
Messages: 1310
Inscription: 24/11/10

Re: Le paradoxe de la navigation automatique

Messagede concorde fan » Mer 30 Déc 2015 19:04

JacquesZ a écrit:Euh, j'ai jamais entendu ni enseigné un truc pareil en tant qu'instructeur.
Vu la précision des VOR embarqués, et la diffusion du signal (et donc la perte de précision) qui augmente avec l'altitude, il est très rare de passer pile au dessus d'un VOR.

Ma remarque est liée surtout à l'endroit où se situe le VOR... avec les conseils des instructeurs qui suivent.
Exemple en région parisienne sur trafic très dense parfois, je pense que sécuritairement même si tu entends des messages radio, ce peut être plus judicieux de passer ailleurs.
Par contre si en voulant passer ailleurs tu finis par ne plus savoir où tu es exactement, ça je te l'accorde, c'est encore pire... lolaffiche
François
Concorde - Aviation & simulation -
http://cockpit.francois.pagesperso-orange.fr
Avatar de l’utilisateur
concorde fan
 
Messages: 872
Inscription: 20/04/09
Localisation: Nantes

Précédente

Retourner vers Sujets hors catégories





Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité